Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Affichage, tracts, militantisme
Billets d’humour, billets d’humeur
Carrière, mutations, échelons, grades…
Circulaires du rectorat, CAPA, audiences
Conditions de travail
Congrès, colloques du SNALC
Laïcité
Les Actualités
Les éditos du Snalctualités
Les Incontournables
Nos partenaires
Qui sommes-nous ?
Rémunérations, indemnités
Système éducatif, réformes, programmes

A la recherche du corbeau

freepik.com
© freepik.com
Communiqué de professeurs du collège Rembrandt Bugatti
 
Nous, professeurs du collège Rembrandt Bugatti, condamnons fermement les propos du reportage diffusé sur France 3 Alsace le mercredi 27 avril 2022, et apportons tout notre soutien à notre collègue incriminé M. Jodin. En effet, lors de l’interview d’une mère d’élève, les journalistes ont omis de préciser que de nombreux documents et preuves détaillés existent librement sur le net. Ils étaient ainsi consultables par ces journalistes en vue du tournage, et ces documents démontrent que les dénonciations dont notre collègue fait l’objet sont de l’ordre de la diffamation et de la calomnie. La mère d’élève a soutenu dans une entrevue que sa fille est en difficultés depuis plusieurs années, et incrimine M. Jodin dans la responsabilité de ce mal-être, alors même qu’il n’a pas été son professeur dans le passé. M. Jodin est dépeint dans cette partie du reportage tel le nouveau Messie qui peut faire saigner à distance des nez, et qui doit être donné à la foule en pâture pour faire quelques vues supplémentaires sur un supposé harcèlement de masse.

À cela s’ajoute la complicité des journalistes qui se font les porte-paroles des échos de cette mère d’élève qui a déjà par le passé remis en cause les compétences professionnelles d’un autre membre de l’équipe pédagogique, calomnié un deuxième collègue, sous-entendant qu’il aurait eu un comportement déplacé envers sa fille. Ceci était encore faux, et la preuve en avait été apportée. Et pourtant, bien qu’ils fussent au courant de cela puisque M. Jodin leur avaient communiqué au matin l’affaire, ces reporters publient une interview de ce parent d’élève sans aucun recul et regard critique sur le moindre des propos tenus.
De plus, l’élève dont les propos ont été retenus n’est plus dans la classe depuis plusieurs mois, et déforme face à la caméra à charge de l’enseignant des mots qu’il a pu employer dans une comparaison : en effet M. Jodin assume avoir utilisé le terme de “Salopards” pour désigner des individus qui encourageraient un autre de continuer d’avoir un comportement d’amuseur de foules, même si cela nuirait à son futur, et non pas en qualificatif d’un ou plusieurs élèves. M. Jodin ici se souciait plutôt de sortir un élève de la noyade scolaire plutôt que l’inverse.
Enfin, il est scandaleux, et surtout malhonnête, d’interviewer M. Jodin au matin pour ensuite recueillir des propos à sa charge à midi sans droit de réponse. Force est de constater que l’équipe du reportage n’a même pas pris la peine d’interroger d’autres membres de l’établissement, qui auraient pu diriger l’équipe du reportage vers un travail sérieux de qualité.

Ce reportage qui débute sur le cabinet de madame Brigitte Macron- et son ingérence sur le fonctionnement de l’éducation nationale, et qui finit par livrer sur un plateau d’argent à la vindicte populaire un enseignant respecté par ses pairs prouve encore une fois le peu de considération que trop de Français ont de ce métier.
Nous demandons officiellement que la chaîne France 3 publie ce courrier et présente des excuses à notre collègue pour ces mensonges diffusés à heure de grande écoute.

Collègues de Didier Jodin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi