Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Affichage, tracts, militantisme
Billets d’humour, billets d’humeur
Carrière, mutations, échelons, grades…
Circulaires du rectorat, CAPA, audiences
Conditions de travail
Congrès, colloques du SNALC
Laïcité
Les Actualités
Les éditos du Snalctualités
Les Incontournables
Nos partenaires
Qui sommes-nous ?
Rémunérations, indemnités
Système éducatif, réformes, programmes

Des nouvelles des médecins scolaires

image : Freepik.com
© image : Freepik.com

Le SNALC prend note que la réunion du groupe de travail du 27 septembre sur la revalorisation du RIFSEEP1 des médecins de secteur et des médecins conseillers techniques du rectorat de Strasbourg a aboutit à une impasse dont nous ne saurions nous satisfaire. Tout d’abord,   malgré une demande faite auprès de la DRH, le représentant du rectorat n’a pas été disposé à distribuer la lettre du ministère de l’éducation nationale concernant les directives ministérielles à propos de la revalorisation indemnitaire pour les médecins, adressée aux recteurs des académies et signée par Monsieur Soetemont, DGRH du ministère. Ensuite la réunion dite de « travail » n’en portait que le nom puisque toute décision prise par le rectorat avait  déjà été actée et donc toute discussion semblait  vaine.

La seconde étape de valorisation, visant à aboutir à une cible nationale de 10800 euros bruts pour les médecins de secteur et 14000 euros bruts pour les médecins conseillers techniques est en effet reportée aux calendes grecques, le rectorat n’a pas les sous… pour verser cette indemnité budgétisée par le ministère à la trentaine de médecins scolaires qui restent sur la cinquantaine présente en 2016.

A ce rythme-là , il est en effet intéressant de ne pas trop se presser ni pour appliquer les directives ministérielles, ni pour accorder la hors-classe à ces personnels vieillissants et tenus à l’écart des revalorisations du Ségur de la santé. Avec un peu de chance, ils seront tous à la retraite, d’ici là, du fait du manque d’attractivité salariale et indemnitaire de cette profession.  C’est ainsi que l’on fait passer le nombre d’élèves à charge par médecin  de 6000 ou 8000  à 12 000 ou 15 000. Pour boucher les trous, on pourra toujours recourir à des contractuels, que les médecins scolaires se feront un plaisir de former bénévolement aux spécificités de la médecine scolaire. On connaît notamment l’exemple d’une gériatre, spécialité ô combien utile au sein de l’Éducation Nationale…

Le SNALC attend donc du rectorat de Strasbourg qu’il applique les directives de revalorisation du régime indemnitaire des médecins de l’éducation nationale et des médecins-conseillers techniques telles qu’elles sont définies par M. Stoetemont dans sa lettre du 27 juillet 2021, à l’attention de mesdames les rectrices et messieurs les recteurs d’académie.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi