Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Affichage, tracts, militantisme
Billets d’humour, billets d’humeur
Carrière, mutations, échelons, grades…
Circulaires du rectorat, CAPA, audiences
Conditions de travail
Congrès, colloques du SNALC
Laïcité
Les Actualités
Les éditos du Snalctualités
Les Incontournables
Nos partenaires
Qui sommes-nous ?
Rémunérations, indemnités
Système éducatif, réformes, programmes

Les Shadoks, le distanciel et le Big Blanker

©Julie Bodnár
© ©Julie Bodnár
Qui se souvient des Shadoks ? Les Shadoks vivaient sur une planète lointaine, à gauche du ciel, non loin de la Terre. Ils pompaient toute la journée. Et quand les Shadoks rencontraient un problème, ils pompaient. Plus ils pompaient, plus… rien ne se passait. Il leur arrivait aussi de construire des machines improbables, qui… ne fonctionnaient pas. Eh oui, chez les Shadoks, existait ce principe essentiel – toujours de mise – qui dit que plus ça rate, plus il y a de chances que ça fonctionne.

Parmi ces nombreuses « machines » improbables, fut créé l’environnement de travail « Mon Bureau Numérique ». Cette machine MBN planta lors du 1er confinement en 2020 tous les jours… Ensuite, un peu moins… Le principe de la technique shadok fut alors scientifiquement vérifié : plus MBN plante, plus on a de chances de se connecter. Et après mille et un plantages, la machine MBN finit donc par fonctionner.

Le grand chef Shadok Big Blanker avait pourtant assuré sur Gaga-TV: «On est prêts». Lui, oui, mais ses petits Shadoks sans matériel informatique peinèrent à organiser l‘enseignement à distance. En appliquant la devise shadok : « c’est en essayant continuellement qu‘on finit par réussir », Big Blanker décida ainsi d‘instaurer la prime informatique de 150 € afin de permettre à chaque Shadok de l’Éducation nationale de s‘équiper d‘un casque avec micro (parce que, sans déc,‘ qui trouverait un ordinateur à 150 € sur la planète Shadok?).

Puis les grandes vacances arrivèrent, suivie de la rentrée et avec elle, déjà la rumeur ou la crainte d’un autre confinement… Fort de l’expérience du 1er confinement et des échecs accumulés, « l’homme sage apprend de ses erreurs, l’homme plus sage apprend des erreurs des autres » (c’est Confucius qui l’a dit, un Terrien… pas un Shadok, ça se saurait). Au SNALC, c’est bien ce manque d’anticipation qui nous pose problème. La faille était connue, l’histoire se répète pourtant indéniablement en 2021. Pourquoi ? En un an, n’y avait-il pas moyen d’anticiper au lieu de jouer à la marelle ou au Chi Fou Mi ?

La veille du 3e confinement, Big Blanker réitéra « on est (plus que) prêts ». Et le mardi 6 avril 2021, la machine MBN planta. Mais plus encore, « la classe virtuelle » du CNED aussi. Vous vous rappelez le principe ? Plus ça plante, plus cela a de chances de fonctionner. Devant l’ampleur du désastre, dans la rue Gagabubuzo-grenelle, on se mit à pomper, mais à pomper… et avec des grosses pompes cette fois. Et une raison à la GA BU ZO MEU fut trouvée : une cyberattaque des hackers Gibis dans le but de crasher la visio de Mme Zogameu avec ses CE2 du village de Gabumeububuzo-heim.

Alors chers amis, fans des Shadoks, il y a bien une morale à cette histoire : « S‘il n‘y a pas de solution, c‘est qu‘il n‘y a pas de problème ».

Cependant le SNALC ne vit pas sur la planète Shadok : nous continuerons donc de nous obstiner pour que tous les élèves puissent travailler dans des conditions optimales et estimons que l’Éducation nationale doit fournir des supports numériques fiables afin de permettre cette continuité pédagogique.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi