Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Affichage, tracts, militantisme
Billets d’humour, billets d’humeur
Carrière, mutations, échelons, grades…
Circulaires du rectorat, CAPA, audiences
Conditions de travail
Congrès, colloques du SNALC
Laïcité
Les Actualités
Les éditos du Snalctualités
Les Incontournables
Nos partenaires
Qui sommes-nous ?
Rémunérations, indemnités
Système éducatif, réformes, programmes

Rentrée : mot du Président

Jean-Pierre Gavrilovic, président du SNALC Strasbourg
© Jean-Pierre Gavrilovic, président du SNALC Strasbourg
Le mot de rentrée du président du SNALC Strasbourg
Chers collègues,

En préambule, j’aimerais remercier les adhérents fidèles au SNALC depuis de nombreuses années et saluer chaleureusement les nouveaux. En effet, depuis mon arrivée à la présidence en décembre dernier, chaque mois de nouveaux adhérents rejoignent le SNALC et sont toujours plus nombreux à faire confiance, à partager les revendications et soutenir les actions du SNALC. Certains même sollicitent une fonction à responsabilité sur le plan académique au sein de notre organisation indépendante et je ne peux que m’en féliciter.

Il reste maintenant, pour vous satisfaire et surtout ne pas vous décevoir, à continuer les actions menées de manière efficace et déterminée.

Celles-ci ont été nombreuses : deux lettres ouvertes au Président de la République suite aux infractions à la loi 2004-228 du 15 mars 2004 sur la laïcité, commises par certains chefs d’établissements, la défense de l’enseignement du fait religieux qui est de plus en plus menacé et lâchement abandonné par le SGEN et le SNES dans le cadre de la réforme du collège, l’organisation de deux colloques, l’un sur l’enseignement religieux en Alsace et l’autre sur la menace de l’enseignement des langues, les traitements de plusieurs cas de harcèlement moral des personnels dans des établissements (un colloque autour du harcèlement sera organisé par le SNALC courant novembre), de régulières interventions en commissions ou auprès des services gestionnaires pour la défense de la carrière et le rétablissement des droits des adhérents qui nous ont confié leur dossier : promotion, hors classe, retraite, mutation…

Alors à vos cartables, à vos crayons, à vos casiers ! Une nouvelle année commence ou, devrais-je dire, recommence dans la joie et la bonne humeur. De nouvelles petites têtes blondes derrière les pupitres mais également de nouveaux menus de salpicons (pardon !), de substitution que veut nous imposer le gouvernement !
Mesdames, messieurs, installez-vous au fond du réfectoire ou dans cette salle flambant neuve. Le spectacle va (re-)commencer, toujours le même chaque année… Mêmes discours, mêmes thèmes : résultats aux examens, problèmes de photocopieuses et autres thèmes existentiels qui rivalisent d’intérêt. Entre noyade et endormissement, votre corps balance…

Peut-être vous annoncera-t-on que depuis cet été, la réforme du collège porte déjà ses fruits ! À la période de l’année où l’attention est moindre, une dangereuse circulaire n° 2015-115 du 17-7-2015 a été publiée, que l’on pourrait intituler : « Comment créer son propre établissement privé hors contrat ». Tout y est, la volonté de destruction du service public d’éducation faisant suite aux dernières réformes qui le vident de sa mission d’instruction et bien loin des principes de l’Ecole de la République !

Pendant ce temps, en coulisses, les parents piaffent d’impatience et attendent déjà la fameuse rencontre parents- professeurs afin d’être rassurés sur l’état de santé scolaire de leur progéniture.

Les secrétaires quant à elles s’activent : en cette période de rentrée scolaire, posez-leur donc la question de leur rendement ! Pas de temps mort entre la vérification des procès-verbaux d’installation des professeurs, la gestion des agendas, l’établissement des différents actes administratifs… Parmi ces tâches, figure l’organisation des élections au Conseil d’administration ; à cet effet, n’oublions pas que les heures mensuelles d’information (dites heures syndicales) sont un droit pour chaque personnel, titulaire ou non, syndiqué ou sympathisant, et un moyen nécessaire afin de préparer au mieux cette nouvelle année scolaire.

Un droit non appliqué est un droit condamné. Donc la guerre de la rentrée aura bel et bien lieu : il faudra sauver l’Ecole publique et monter des listes SNALC de représentants aux conseils d’administration. Deux noms suffisent pour présenter une liste.

C’est ensemble que nous réussirons à nous faire entendre. C’est ensemble que nous nous battons déjà pour une véritable revalorisation salariale à hauteur du coût de la vie. Bientôt dix ans que le gel de nos salaires a été mis en place ! Nous savons tous que les professeurs français sont parmi les moins bien payés d’Europe, il suffit juste de lire le rapport PISA. Alors battons-nous pour retrouver du pouvoir d’achat et une reconnaissance de notre travail par la revalorisation de nos salaires.

Chers personnels de l’Education nationale, je tiens à réaffirmer que le SNALC est un syndicat indépendant, laïque et apolitique, selon l’article 1er de ses statuts. Se syndiquer au SNALC, c’est croire et défendre les valeurs fondamentales d’une école laïque et républicaine, dans laquelle le nivellement par le bas n’a pas sa place mais qui offre à chaque élève la chance d’apprendre. En tant que personnels de l’Education, notre marge de manœuvre est restreinte : si nous nous laissons faire, nous accompagnons la disparition de notre statut. Mais nous devons alors être conscients que nous nous rendrons complices, par notre apathie, de l’abolition de ce que certains osent appeler sans vergogne « nos privilèges ».

Agissons donc concrètement, en assumant nos responsabilités. Jamais le SNALC ne se laissera manipuler ni par le gouvernement ni par la hiérarchie académique. Il ne cèdera à aucune pression. Le SNALC ne reçoit aucune subvention de l’Etat, aucune courbette n’est donc à faire ! Il ne se laissera pas impressionner par une ministre plus préoccupée par sa « peoplisation » que par l’importance du dialogue syndical pour faire passer une réforme désastreuse. Il ne se laissera pas non plus déstabiliser par quelques chefs d’établissements non respectueux des lois sur la laïcité.

En tant que Président de l’académie de Strasbourg, je réitère mes remerciements à l’ensemble des adhérents pour leur soutien. Continuer à faire confiance au SNALC, c’est contribuer à son efficacité, c’est renforcer toujours ses valeurs, c’est assurer sa force, son engagement et sa détermination. L’ensemble de l’équipe académique, dynamique et réactive vous aidera dans toutes vos démarches. Continuez à faire appel à nous pour résoudre vos difficultés, le SNALC est là pour vous défendre !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi