Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
Affichage, tracts, militantisme
Billets d’humour, billets d’humeur
Carrière, mutations, échelons, grades…
Circulaires du rectorat, CAPA, audiences
Conditions de travail
Congrès, colloques du SNALC
Laïcité
Les Actualités
Les éditos du Snalctualités
Les Incontournables
Nos partenaires
Qui sommes-nous ?
Rémunérations, indemnités
Système éducatif, réformes, programmes

Tout va très bien, Madame et Monsieur les journalistes !

Drazen Zigic
© Drazen Zigic

Tout va très bien Madame la journaliste, tout va très bien Monsieur le journaliste, tout va très bien, tout va très bien !

Le SNALC Alsace tenait à vous rassurer, tout va très bien malgré l’article alarmiste sorti dans les Dernières Nouvelles d’Alsace à ce jour sur la situation des écoles.

Les directeurs, enseignants, personnels de santé, AESH, Inspecteurs, CPC ne pensent aucunement à se mettre en arrêt pour se protéger des défaillances de leur employeur pour :

• épargner leur santé du fait de leur charge de travail qui a implosé,

• éviter la crise de nerfs ou le burn out.

Les parents d’élèves sont bien conscients que tout a été fait pour éviter cette crise et que la grève nationale qui s’annonce massive n’est qu’un artefact d’un organe qui faiblit à vue d’œil. Peut-être faudrait-il insérer un pacemaker ?

Les personnels de santé commencent à envoyer leur démission. Comme c’est étonnant, ils étaient déjà si peu.

Les AESH s‘annoncent en grève malgré leur peu de moyens de subsistances.

Un Inspecteur est retourné dans une classe. N’oubliez pas la promotion ou la citation afférente : c’est un cas d’école ! Il mérite d’être cité dans les annales ! Les Dasen et Recteurs vont-ils également retourner dans les classes ?

15 retraités sur le retour, sur environ… 3 000 encore en état d’assurer des cours soit 0,38 %. Youpiii ! Le SNALC Alsace n’aurait pas osé diffuser une telle information mais il est vrai que peu de gens s’y connaissent en statistiques.

Les enseignants sont bien conscients que l’éventuelle défaillance de leur direction ou de leur chef d’établissement les contraindrait à prendre le relais en termes de gestion protocolaire de la version 3 sur… (à suivre) du protocole sanitaire national de janvier 2022.

Toutes les directions d’école se reconnaissent bien entendu unanimement dans le portrait de cet article des DNA tracé à la plume Sergent-Major et l’enjeu qui en découle…

On ne gagne pas une guerre contre un virus. C’est vrai, à quoi cela sert-il d’emmerder le virus, les chefs d’établissements, les directeurs d’école, les parents d’élèves et les élèves ? ? ?

Une récupération politique ? Mais il n’y a plus rien à récupérer, même à sauver. Le non report de la rentrée de janvier, substituée à une petite période de travail à distance, n’aurait pu en aucun cas :

• freiner la vague engendrée par les contaminations des fêtes ;

• permettre l’équipement du corps enseignant avec des masques de protection digne de ce nom en lieu et place des masques dit « slips » notamment dans les écoles maternelles ou les échanges de morve sont monnaie courante ;

• recruter les candidats des listes complémentaires.

Alors oui, le SNALC Alsace constate que tout va très bien dans cet article.

Awer, wie meir sagt üff elsässisch, d’s papier ist geduldig !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi